L'essor de l'astronomie en Italie du XVième au XVIIième siècle

Du début de la Renaissance jusqu'au XVIIième siècle, l'Italie s'est vue redécouvrir un grand nombre de théories et expériences scientifiques, autrefois tombées dans l'oubli. L'étude du ciel en est le parfait exemple. Effectivement, on peut parler d'un véritable développement de l'astronomie à cette époque: Galilée, Francesco Barozzi, Gasparo Berti, Giovani Borelli, Giovani Cassini... on dénombre déjà plus de soixante astronomes à partir du XVIième siècle! Mais dès lors, comment peut-on expliquer un tel développement de l'astronomie en Italie durant cette période? 

Les progrès scientifiques et mécaniques sont à l'origine de tout...

Il faut d'abord savoir que c'est à cette époque que de nouveaux instruments scientifiques voient le jour, notamment la célèbre lunette de Galilée (1564 - 1642), inventée en 1609. Cet outil d'observation a été la base de toutes les premières découvertes dans le système solaire. De plus, certains astronomes ont essayé d'améliorer la qualité des lentilles, comme Giordano Bruno (1548 - 1600) par exemple, dans le but de perfectionner la lunette. On notera au passage que le télescope, lui, n'a pas été inventé par Galilée, mais plutôt par Newton en 1669. 

En parallèle, d'autres outils ont été développés à savoir les planisphères, les planétariums, les cartes célestes ou encore les globes (même si, cependant, ces objets existaient déjà auparavant). 

Par ailleurs, de nombreux fondements en cosmologie et en astrophysique ont été établis à la même époque. Il y a par exemple l'astronome Francesco Barozzi (1537 - 1604) qui a traduit le système de Ptolémée pour tenter d'établir des règles un peu plus précises en cosmographie. Cette étude a d'ailleurs été publiée en latin sous le nom de Cosmographia in quatuor libros distributata summo ordine, miraque facilitate, ac brevitate ad magnum Ptolemaei mathematicam constructionem, ad universamque astrobiologiam institutens, dans le but de montrer qu'il pouvait éventuellement y avoir quelques points à contredire, ce qui fut démontré par la suite. Pour l'anecdote, la longueur du titre de l'ouvrage n'avait absolument rien d'exceptionnel à l'époque (!). On peut également parler de Gasparo Berti (1600 - 1643) qui a mis en évidence la pression atmosphérique, ou encore Giovani Alfonso Borelli (1608 - 1679), astronome ayant montré qu'à travers le mouvement des planètes, il existe une combinaison de la force centrifuge avec la force centripète... 

Enfin, il faut évidemment évoquer le célèbre astronome Giovani Domenico Cassini (1625 - 1712), car il a été le premier à calculer la vitesse approximative des planètes; on lui attribue aussi la première observation des satellites de Saturne. 

Cependant, toutes ces nouveautés scientifiques n'ont pas été facilement acceptées. Bien au contraire... 

Une lutte difficile contre l'Eglise...

En Italie, l'astronomie a connu des déboires. Et pour cause: certaines théories allaient contre les écrits religieux. En particulier, le système héliocentrique de Copernic a été condamné par Rome lorsque Giordano Bruno l'a soutenu et présenté à la communauté. Il en va de même pour la découverte de l'immensité de l'Univers, dans lequel on trouve plusieurs "mondes" selon Bruno. Mais à ce moment-là, l'Eglise était formelle: le monde était clos, comme enfermé dans une sphère. En conséquence, Les astronomes comme Bruno ont souvent été condamnés à mort, voire éventuellement brûlés. 

De son côté, Galilée a lui aussi affronté Rome en affirmant que la Terre tourne, d'où sa célèbre phrase: "Et pourtant elle tourne". En plus de cet élément, il faut noter que les astronomes observaient déjà Vénus, Mars, Jupiter, Mercure et Saturne. C'est donc un combat décisif que Galilée a mené. Cela dit, plusieurs scientifiques ne souhaitaient pas s'imposer comme certains l'ont fait. Tel est le cas de cassini (entre autres), car les sanctions demeuraient très dures. 

Statue de Giordano Bruno (piaza dei fiori)

Autre fait non-négligeable: A l'époque, "tout le monde" suivait les dires et les textes religieux. Il n'était pas simple de convaincre la population  dans la mesure où l'on devait obligatoirement se référer à la Bible. Par conséquent, les conflits entre l'Eglise et les astronomes à propos du ciel s'apparentaient à "la lutte du pot de terre contre le pot de fer"... . A ce propos, Giordano Bruno aurait dit: "Vous éprouvez sans doute plus de crainte à rendre cette sentence que moi à la recevoir." Mais finalement, la communauté astronomique a fini par "remporter la victoire". A tel point qu'aujourd'hui, l'Eglise participe à la recherche astronomique! On trouve par exemple des satellites et des observatoires professionnels qui appartiennent au Vatican... 

Galilée, le symbole de l'évolution de l'astronomie.

S'il y a un homme tout à fait représentatif de l'essor de l'astronomie en Italie, c'est probablement Galilée ("Galileo Galilei" en italien). Cet astronome est un véritable pionnier dans le domaine des observations. Selon lui, le ciel n'était en aucun cas simple comme le disait l'Eglise. On peut notamment citer son étude de Jupiter... En effet, il est le premier à avoir étudié en détail les satellites de la planète. On raconte qu'au départ, Galilée n'avait découvert que trois satellites sur quatre (les autres étant trop petits pour être observés avec sa petite lunette). Ce n'est que bien plus tard que le quatrième fut découvert par le plus grand des hasards. Au passage, il s'agit certainement de l'une des raisons pour lesquelles Galilée s'est autant intéressé à Jupiter. 

Jupiter et ses satellites (image Webastro)

Galilée est également considéré comme un scientifique inégalé à son époque car il est le seul à avoir fait autant de travail sur le ciel. En dehors de l'étude planétaire, il a également réussi à expliquer le comportement du Soleil par rapport aux taches solaires, aux protubérances, etc... S'intéressant par ailleurs à d'autres objets célestes, Galilée a défini la structure des amas d'étoiles, chose que personne n'avait eu l'idée de faire avant lui. 

Aujourd'hui, l'astronomie fait partie intégrante de la science. Elle n'est plus rejettée par les hommes de foi, ni par la population. Le gouvernement italien a crée l'ASI (Agence spatiale Italienne), et les astronomes sont de plus en plus nombreux... y compris dans l'espace! Effectivement, les astronautes italiens s'envolent régulièrement à bord d'une navette ou d'un soyouz pour des missions dont une partie se veut parfois astronomique. D'ailleurs, en 2011, l'astronaute Roberto Vittori a même emporté une médaille de la papauté dans la Station Spatiale Internationale (ISS), marquant ainsi le symbole incarné par l'Italie dans l'astronomie... 

Commentaires

  • L'Astronome Eclipse
    Bonjour,

    On peut effectivement considérer que la conquête spatiale trouve d'abord son origine dans "l'aventure" incarnée par la découverte de l'Univers, à travers un télescope. Car avant même de vouloir aller sur la Lune par exemple, l'Homme a cherché à mieux la connaître... en l'observant; Pour mieux s'en approcher, il a ensuite fallu calculer sa vitesse, sa trajectoire, etc... or, ceci découle du travail et des connaissances des astronomes, et ce depuis plusieurs siècles déjà.

    Astro-amicalement,
    L'Astronome Eclipse (fondateur du site Astropleiades)
  • Sylvain
    • 2. Sylvain Le 15/05/2011
    Cet article est instructif.
    La conquête spatiale n' a-t-elle pas d'une certaine manière, (qui est tout autre que technologique )pas déjà commencé à "l'aube des temps"dits modernes???

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Bienvenue sur Astropleiades!