Les satellites braqués sur Haïti!

La Charte Espace et Catastrophes Majeures a été activée depuis peu sur demande des Nations Unies dans le but d'apporter une aide pour les secours apportés à la région de Port-au-Prince.

Le 12 janvier à 16h53 heure locale (21h53 TU), Haïti fut touché par un séisme de magnitude 7. L’épicentre de ce tremblement de Terre n’était pourtant situé qu’à 12 km de la capitale du pays, Port-au-Prince. Mais plusieurs répliques importantes se sont ensuite succédé. Les autorités parlent de dizaines de milliers de morts et la situation est critique en raison d’une destruction à grande échelle des infrastructures de base (bâtiments officiels, routes, hôpitaux, écoles, etc.).

L’imagerie satellite apporte une contribution logistique de premier ordre en permettant de repérer des routes coupées ou inutilisables et en fournissant un relevé global des zones les plus sinistrées. En premier lieu, le satellite français SPOT 5 doit acquérir des images de Port-au-Prince avec une résolution résolution de 2,5 m "jusqu'à nouvel ordre". Des satellites des agences spatiales européenne (ESA), japonaise (JAXA) et canadienne (ASC) doivent ensuite effectuer des relevés radar haute résolution. Les États-Unis fournissent des clichés avec une résolution métrique depuis le 15 janvier. Toutes ces données servent à établir des cartes d’évaluation des dégâts qui sont distribuées aux secours sur place. 

 

vue satellite d'Haïti 


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Bienvenue sur Astropleiades!